Accueil
Qui sommes-nous
Artistes
Quoi de neuf
Événements
Média
Horaire /
S’y rendre
Pour nous joindre
Liens
Facebook
Twitter
Dans les collines # 12
Acrylique sur toile
30 x 24 pouces
cliquez pour agrandir
Dans les collines # 3
Acrylique sur toile
16 x 20 pouces
cliquez pour agrandir
Dans les collines # 13
Acrylique sur toile
16 x 20 pouces
cliquez pour agrandir
Rémi Lacroix

Domicilié à Cantley, dans l’Outaouais, Rémi Lacroix est né à Outremont en 1960. Il est diplômé de Polytechnique en génie électrique, parcours particulier pour un artiste peintre ! Il explique : « J’y suis allé par curiosité et pour la création. Au moment de mes études, l’ordinateur n’était pas ce qu’il est maintenant. Il fallait créer des langages par exemple. Il y avait alors des mondes nouveaux à développer. Maintenant tout est standardisé. De plus, j’aime la culture scientifique. Je suis très curieux. »

Dans la vingtaine, son esprit artistique s’exprime davantage par le biais de l’écriture de nouvelles et de poésie. Il n’a jamais publié. C'est la création qui l'importe alors, sans la préoccupation de montrer aux autres ce qu’il a dans l’âme.

C’est vers l’âge de 30 ans qu’il explore les arts visuels, en commençant par le dessin. Il touche à tout, prend des cours de sculptures, de gravure, de dessin. Il veut tout essayer, il sent que c’est par ce biais que son côté artistique se dévoilera.

Le pastel l’attire. Il prend donc une série de cours avec l’artiste peintre paysagiste Cristobal (Juan Cristobal Pinochet), c’est le coup de foudre pour ce médium. Juan l’inspire et l’encourage beaucoup. Assez rapidement, le talent de Rémi s’exprime nettement mieux et il gagne plusieurs prix. « Le médium du pastel me permet de toucher à la matière, d’étendre les couleurs avec mes doigts et mes mains. Cette sensation de sentir l’œuvre prendre « forme » sous mes mains est formidable. C’est un peu pour ça que j’aimais aussi la sculpture, même si je ne l’ai jamais adoptée. »

Les œuvres au pastel de Rémi Lacroix sont toutes en douceur et en quiétude. Des chemins bucoliques nous mènent à des clairières mystérieuses.

Vers la fin 2008, l'artiste sent un tel besoin de création qu'il décide de quitter ses autres occupations professionnelles pour se consacrer entièrement à la peinture. « C'est un moment charnière dans ma carrière. Ce n'est jamais facile de décider de sang froid de délaisser un rythme de vie aisé pour se lancer à corps perdu dans un métier qui peut prendre plusieurs années avant de rapporter. » À cette même époque il sent que le pastel sec lui impose trop de limites. « Le pastel sec a ses limites intrinsèques relativement aux couleurs en raison des éléments chimiques qui le composent. En effet, les couleurs ne peuvent pas être aussi intenses que ce que l'huile ou l'acrylique permettent. Et faire des tableaux de grandes dimensions devient très ardu à cause du manque de papier pastel de grandes dimensions et de sa manipulation hasardeuse. » Il adopte donc l'acrylique. Au cours des premiers mois, il recrée des paysages déjà connus ou dessinés afin de parfaire cette nouvelle technique.

Rémi Lacroix donne également des cours depuis de nombreuses années. « L’enseignement me force à rationnaliser mes idées, à prendre du recul sur mon propre processus de création. C’est très formateur pour moi aussi. »

Les arbres et la forêt sont son autre passion. « Ma grande curiosité m'a amené tout jeune à savoir faire la différence entre un sapin et une épinette… c’est mon esprit scientifique qui ressortait. » Cette passion lui vient de son père. « Je me rappelle les marches en forêt avec mon père à Ste-Adèle durant mon enfance. Il connaissait le nom de tous les arbres et cela m’impressionnait au plus haut point. En fait, ce que je recrée dans mes tableaux, ce sont les seuls véritables moments d’intimité que j’ai eus avec mon père. J’étais seul avec lui, seul avec cet homme plus grand que nature dans les yeux d’un enfant de 9 ans. Il est décédé en 1998. Et je sais maintenant que les plus beaux moments avec lui je les ai vécus quand j’étais haut comme trois pommes, à regarder la grandeur des arbres et mon éternel père. »

La collection que l'artiste a créée en 2010 raconte un peu tout cela. « La forêt et les arbres sont omniprésents dans tous les tableaux, c'est l'essence même de cette exposition. Le feu y occupe également une place prépondérante, il y est vital, dans mes œuvres comme dans ma vie. Le feu est d'ailleurs souvent la seule façon de régénérer la forêt. En effet, certaines espèces de conifères ne voient leurs cocottes s'ouvrir que sous une grande chaleur générée par un feu de forêt. »

Rémi Lacroix ne sais pas de quoi seront faite ses prochaines collections. Il sait toutefois que la nature, la passion et les souvenirs de son père y seront pour toujours.